Pages Menu
TwitterFacebook
Loading Quotes...
Categories Menu

Publié par le Jan 7, 2016 | 15 commentaires

Jusqu’à quel point vos muscles peuvent-ils grossir naturellement ? (1)

Jusqu’à quel point vos muscles peuvent-ils grossir naturellement ? (1)

 

 

Résumé de l'Article

 

Jusqu’à quel point vos muscles peuvent-ils grossir naturellement ? (1)

 

1. Pour commencer, attention à ne pas confondre prise de masse (= muscle + graisse + eau) et prise de muscle (ou de masse sèche) car cela ne veut pas dire la même chose !

 

2.Si vous êtes un homme dotée d’une génétique « normale » qui s’entraîne ET se nourrit correctement durant des années, vous pouvez compter prendre de + 20,5 à + 22,8 kilos de MUSCLES naturellementai.e. Sans avoir recours aux produits dopants.au cours de votre vie. Si vous êtes une femme dotée d’une génétique « normale » qui s’entraîne ET se nourrit correctement durant des années, vous pouvez compter prendre de + 11,4 à + 12,5 kilos de MUSCLES naturellement au cours de votre vie. 

 

3. Quiconque vous dit qu’il est possible de gagner plus de muscles (pas de masse !) naturellement ne sait soit pas de ce dont il parle, soit vous ment, soit essaie de vous vendre quelque chose… soit peut-être les trois à la fois. Ayez-en conscience !

 

 

 

Si vous avez un jour tenté ou tentez encore à ce jour de prendre de la masse musculaire, il est virtuellement impossible que vous ne vous soyez pas posé(e), à un moment donné, l’une de ces trois questions :

 

1. Combien de muscles puis-je prendre naturellement ?

 

2. À quelle vitesse est-il possible d’en prendre AU MAXIMUM (naturellement) ? (partie 2)

 

3. Quel est mon potentiel musculaire (naturel) maximum ? (partie 3)

 

Ces questions font en effet l’objet de débats très animés sur les forums, lesquels se caractérisent généralement par une scission entre les optimistes et leurs projections surréalistes d’un côté  (« +12 kilos de muscles en un an ? Faciiiiile ! ») et les pessimistes et leur fatalisme déprimant de l’autre (« Sans dopage, t’arriveras à rien de toute manière donc autant laisser tomber ! »).

 

 

Le but de la présente trilogie sera de répondre à l’ensemble de ces questions avec clarté.

 

 

En vous donnant une idée concrète et précise de ce à quoi vous pouvez raisonnablement vous attendre en termes de prise de masse musculaire naturelle, espère-je ainsi chasser les attentes hypertrophiées des uns d’un côté et nourrir les espérances atrophiées des autres de l’autre.

 

Mais d’abord, qu’entends-je par « naturel » ?

 

Par « naturel », j’entends que les statistiques de cet article s’appliquent à vous si et seulement si vous cherchez à prendre de la masse musculaire sans avoir recours aux produits dopants (comme les stéroïdes et les pro-hormones) et/ou procédés thérapeutiques (comme la thérapie de remplacement de la testostérone) qui aident non seulement à accroître mais aussi à accélérer les gains musculaires.  

 

Pour plus de détails sur ces produits et techniques, prière de vous référer à la liste des substances bannies par l’Agence Mondiale Anti-Dopage((Pour un accès au rapport complet de 2015, cliquez ici. Pour une vue d’ensemble rapide sur les substances bannies, cliquez sur ici)).

 

 

 

 

Prise de muscle vs. prise de masse. Ou de l’importance du distinguo. …

 

 

Pour commencer, permettez-moi de clarifier un point essentiel :

 

 

 

… il existe une différence ‘de poids’ entre prendre du muscle et prendre de la masse.

 

 

Ces deux expressions sont souvent interchangées par abus de langage et pourtant, elles ne signifient pas tout à fait la même chose.

 

Prise de masse différent de prise de muscle — BODYSSIME.COM

 

En effet, prendre de la masse signifie grosso modo de prendre du poids en espérant qu’une partie de celui qui est gagné soit du musclebNDA. À noter que contrairement à une prise de poids au sens strict, « une prise de masse » suppose que vous vous entraîniez en vue de bâtir du muscle et non mangiez simplement plus dans l’espoir de voir cet excédent calorique se transformer comme par magie en masse musculaire supplémentaire..

Or, si c’est en partie le cas, il faut savoir qu’une prise de masse s’accompagne toujours d’une prise plus ou moins marginale de poids sous la forme :

 

1. de graisse (selon la qualité de votre alimentation), 

2. d’eau (selon votre état d’hydratation) et …

3. de réserves de glycogène (selon vos apports en glucides).

 

 

Autrement dit, lorsque vous prenez de la masse, vous ne prenez pas que du muscle mais aussi du gras, tandis qu’une partie du gain de poids que vous allez enregistrez va s’expliquer notamment par une augmentation de vos réserves corporelles en eau et en carburant musculaire.

 

 

En équation, la prise de masse pourrait donc se formuler comme suit :

 

 

Prise de masse = Gains de muscle purs (ou de masse sèche) + Gains de graisse + Gain d’eau + Augmentation de vos réserves de glycogène

 

 

Pourquoi différencier prise de masse et prise de muscle est-il important ?

 

M. TatillonLoin de moi l’envie de jouer les esprits tatillons mais ce distinguo entre prise de muscle et prise de masse est de prime importance.

Si vous cherchez à bâtir du muscle, il est en effet presque impossible que vous n’ayez pas entendu quelqu’un (ou étiez vous-même l’acteur) d’une prise de masse « musculaire » soi-disant « spectaculaire ».

Soi-disant, oui ; car si ladite prise de masse l’a été — « spectaculaire » —, c’est soit parce que :

 

1. Vous vous êtes menti(e) à vous-même en essayant de vous convaincre que votre prise de masse était 100% musculaire (ou naturelle) alors qu’elle ne l’était pas. En d’autres termes, vous avez occulté le fait qu’une partie de la masse que vous avez gagné était le produit d’un gain — lui aussi, plus ou moins « spectaculaire » — de graisse, d’eau et de glycogène. OU le résultat de la prise de produits dopants.

2. On vous a menti en travestissant, embellissant, maquillant, masquant ou occultant la vérité ou certains de ses aspectscTel que la prise de produits dopants.. Je reviendrais néanmoins plus en détail sur ce point dans la dernière section de cet article. 

3. Votre définition de « spectaculaire » frôle l’hyperbole, les gains musculaires que vous avez enregistré étant, de fait, tout à fait raisonnables et dans les cordes des attentes réalistes que vous pouvez vous faire à ce sujet (lesquelles attentes vont être définies plus bas).

 

Ceci étant dit, qu’importe lequel de ces scénarios vous correspond puisqu’au final, la moralité de l’histoire reste la même : il serait préférable que vous redescendiez de suite de votre petit nuage.

 

 

En effet, si elle est menée honnêtement (c’est-à-dire, sans se doper), une prise de masse musculaire (ou sèche) est un processus qui s’étale non pas sur des semaines, ni sur des mois, mais sur des années.

 

Vous avez bien lu, oui : DES ANNÉES !

 

Quiconque vous dit l’inverse ne sait soit pas de ce dont il parle, soit essaie de vous mentir, soit de vous vendre quelque chose … soit peut-être les trois à la fois !

 

 

En clair : ne l’écoutez pas et fiez-vous à ce que dit la science, mon expérience ainsi que celles des plus grands coaches INTÈGRES  de l’industrie du fitness, lequel point de vue empirico-scientifique va vous être résumé dans un instant, ici-même.

 

 

 

 

Combien de muscles pouvez-vous prendre naturellement au cours de votre vie  ?

 

 

Beaucoup de choses sont dites au sujet des limites naturelles de développement de la masse musculaire.

Du néophyte total n’ayant jamais soulevé une seule haltère de sa vie aux gourous de l’industrie du fitness dont l’ignorance va (hélas) souvent venir profiter de celle des masses crédules qui les suivent aveuglément, chacun croit avoir son mot à dire ; le manque de légitimité pour en parler n’étant, a priori, aucunement problématique pour la plupart.

 

 

Il faut dire qu’aucune étude scientifique ne semble avoir, à ce jour, formellement répondu à cette question, d’où le florilège de théories fantasques et opinions diverses et avariées qui fusent ça et là.

 

 

Ce faisant, si l’on s’en réfère à ce que disent les plus grands coaches de l’industrie du fitnessdDont voici quelques noms : Casey Butt, Martin Berkhan, Alan Aragon, Michael Matthews, Lyle Mc Donald, etc., — constat que mes onze années d’expérience et d’observations dans le monde de la musculation et de la nutrition ne font que confirmer — voici, en moyenne, ce à quoi vous pouvez vous attendre en termes de gains de musculaires naturels TOTAUX au cours de votre vie :

 

Gains musculaires potentiellement réalisables au cours de la vie d'un homme et d'une femme — BODYSSIME.COM (2)

 

 

 

Autrement dit … :

 

Si vous êtes un homme à la génétique « moyenne » (et faites donc parti des 70% de la population masculine à présenter ce profil-là), vous pouvez escompter prendre, en moyenne, entre 18,5 et 20,5 kilos de MUSCLES purs au cours de votre vie … pourvu que vous vous entraîniez et vous nourrissiez correctement durant plusieurs années consécutives

 

Si vous êtes une femme à la génétique « moyenne » (et faites donc parti des 70% de la population féminine à présenter ce profil-là), vous pouvez escompter prendre, en moyenne, de 10 à 11,5 kilos de MUSCLES purs au cours de votre vie … pourvu que vous vous entraîniez et vous nourrissiez correctement durant plusieurs années consécutives

 

 

À noter derechef que je  parle de gains MUSCULAIRES ici et non de gains de masse ou de poids.

 

 

Vous pouvez en effet très bien prendre beaucoup plus de masse (ou de poids) que cela au cours de votre vie mais gardez en tête qu’une partie de cette masse (ou de ce poids) acquis(e) sera toujours composée de graisse (surtout), d’eau et de glycogène.

 

 

Quant à vos gains musculaires nets, ils resteront, en moyenne, toujours dans les cordes des chiffres que je viens de décrire (s’ils sont naturels), la différence étant que si vous êtes doté(e) d’un potentiel génétique avantageux, vous vous situerez plutôt dans la borne haute des gains musculaires potentiellement réalisableseDe + 20,5 à + 22,8 kilos chez l’homme / de + 11,4 à + 12,5 kilos chez la femme. et si vous ne l’êtes pas, dans la borne plutôt basse des gains musculaires qui le sontfDe 15,9 à 18,2 kilos chez l’homme / de 8,4 à 9,1 kilos chez la femme..

 

 

 

Six facteurs susceptibles d’influencer les limites de vos gains musculaires 

 

Bien que valides pour la plupart des personnes, les chiffres que je viens de vous présenter ne se basent toutefois que sur des moyennes et des estimations.

 

 

D’autres facteurs que votre patrimoine génétique peuvent influer sur la quantité totale de masse musculaire que vous allez plus ou moins pouvoir gagner au cours de votre vie. 

 

 

Au nombre de six, ces facteurs peuvent considérablement modifier la donne, justifiant ainsi pourquoi vous trouverez des individus qui ont réussi à gagner plus (voire largement plus) de 23 kilos de muscles au cours de leur vie et d’autres qui ont peiné à en gagner 14 ou 15.

Ces facteurs sont …

 

 

Scission en trois parties

 

Afin de faire durer le plaisir, je n’aborderai que les deux premiers de ces six facteurs dans cet article, puis les deux prochains dans le second, puis les deux derniers dans le troisième.

 

 

 

Facteur # 1 : l’usage de produits dopants (stéroïdes & pro-hormones) 

 

Ceci ne devrait être un scoop pour personne.

Il va sans dire que la prise de produits dopants — stéroïdes anabolisants en tête de lice — peut très fortement influencer la quantité totale de muscle que vous allez réussir à gagner (ou pas) au cours de votre vie et la vitesse à laquelle (ou pas) vous allez réussir à le faire.

Pour vous donner un ordre d’idée de leur potentiel, dans le cadre d’une étude publiée en 1996, des individus ayant consommé des stéroïdes SANS s’entraîner ont, en l’espace de 10 semaines, pris PLUS de muscles (+ 3,2 kilos pour ce groupe) que des individus qui SE SONT entraînés mais n’ont pas consommé de stéroïdes (+ 1,8 kilos de muscles pour ce groupe).

 

 

Autrement dit, dans le cadre de cette étude, les produits dopants ont carrément REMPLACÉS la salle de musculation — ni plus, ni moins — en s’avérant qui plus est, à eux seuls, près de deux fois plus efficaces (!).

 

 

Je m’appesantirai plus longuement sur cette étude-choc dans un futur article.

 

'Je suis naturel' : le mensonge le plus comique (ou éhonté) de l'industrie du fitness !

« Je suis naturel » : le mensonge le plus comique (ou éhonté) de l’industrie du fitness !

 

Kali Muscle — Mon secret pour être aussi balèze ?! ... Un grand verre de jus avec mes céréales, chaque matin, ... — BODYSSIME.COM

Si l’on en croyait l’écrasante majorité des bodybuilders pros et modèles de fitness — qui se targuent TOUS d’être « naturels » —, des sites comme steroid.com auraient dû mettre depuis belle lurette la clé sous le paillasson !

En effet, dans le monde du fitness et du bodybuilding professionnel, c’est bien simple :  »PERSONNE » ne se dope ! J’ai bien dit (ou écrit) :  »Personne ».  (#wink / #clindoeil /#Ironie-tellement-palpable-qu’elle-en-devient-presque-indigeste)

Meme de l'enfant noir — Donc si je comprends bien, tu me dis que je peux prendre des stéroïdes jusqu'à atteindre ... — BODSSYME.COMSi presque tout le monde PULVÉRISE les statistiques que je viens d’exposer dans cet article, tout le monde le fait naturellement.

Tout le monde est donc exceptionnel.

Sauf que si tout le monde est exceptionnel, tout le monde n’est donc plus trop une exception.

La règle finit donc par infirmer l’exception et … c’est le monde à l’enversgQui veut nous la mettre ainsi aussi dans ce sens, n’est-ce-pas ?

 

O_o … ?

 

Bref, mais plutôt que de railler ce mensonge de polichinelle repris à l’unisson de Melbourne à Vancouver, tâchons de comprendre les raisons de cette omerta :

 

Pourquoi les modèles de fitness et bodybuilders pro « camouflent-ils la vérité » lorsqu’il s’agit de dire si oui ou non, ils consomment des produits dopants ?

 

En substance (non dopante), il existe trois raisons à cela :

 

1. C’est illégal : aux États-Unis, vous encourrez une peine d’un à cinq ans de prison si vous vous faites attraper en possession de produits dopants.

2. C’est immoral : en plus d’aller à l’encontre même des principes du sporth« Citius, altius, fortius » & autres valeurs morales en perte de « Vitesse, de hauteur et de force »…, certains préfèreront avouer un homicide plutôt que de reconnaitre que la masse musculaire qu’ils exhibent si fièrement est le produit de … produits dopants et non celui, exclusif, d’une discipline et d’une volonté de fer.

3. C’est nécessaire : vu que « tout le monde le fait« , pour rester concurrentiel, chacun se sent obliger de se mettre à la page en en consommant sinon bye-bye les titres et les couronnes, b’sslama les couvertures de magasines photoshopées et ciao les contrats juteux visant à sponsoriser des produits qui ne marchent pas (parce que non-dopants), etc.

 

En résumé : le monde du fitness est un monde complexe régit par ses propres codes et comme tous les autres mondes, pour en faire parti, il faut savoir les accepter. 

 

Si vous voulez en savoir plus à ce  sujet, je vous invite à prendre votre mal en patience et à attendre mon prochain article sur les 5 Mythes de l’Industrie du Fitness.

 

 

 

Facteur # 2 : votre âge

 

 

Un autre facteur fortement susceptible d’influencer la quantité et la vitesse de vos gains musculaires est votre âge, en particulier celui que vous avez au moment où vous commencez à vous entraîner.

 

 

Un novice de 16 ans gagnera en effet beaucoup plus de muscles et beaucoup plus vite qu’un débutant de cinquante ans dont les taux de testostérone ont commencé à s’infléchir depuis belle lurette et les articulations à grincer comme une vieille porte.

Il faut dire que la puberté agit comme un cycle anabolisant naturel, les sécrétions d’hormone de croissance et de T atteignant leurs pics à ce moment-là.

Monsieur âgé s'entraînant — BODYSSIME.COM
Le troisième âge est probablement la période de la vie où la prise de stéroïdes anabolisants se justifie le plus en raison de l’affaissement notable des niveaux de testostérone. Celui-ci va en effet se traduire par une réduction progressive de la masse musculaire passé l’âge de trente ans.

C’est pourquoi, si vous avez dépassé la trentaine, méfiez-vous de ces jeunes de 16-18 ans qui se targuent d’avoir pris plus de 15 kilos de muscles en deux ans !

Car en plus d’être les principaux consommateurs de stéroïdes anabolisants au monde (24), les ados n’ont — comme leur sseveu sur la langue et le poil dans leur main l’indique (pour la plupart) — pas encore fini de grandir : une partie de la masse gagnée qu’ils se targuent d’avoir gagné naturellement ne pourrait être que le corollaire de leur croissance inachevée.`

 

 

 

La suite au prochain numéro !

 

Comme annoncé, les facteurs # 3 et 4 seront abordés dans le prochain numéro de cette saga.

Celui-ci sera consacré à la vitesse maximale à laquelle il est possible de prendre de la masse musculaire naturellement.

Puisque les chiffres que je vous y révèlerai vous démontreront l’importance de la patience en matière de croissance musculaire, autant vous entraînez à la prendre en mal dès aujourd’hui en cultivant un peu le suspense, n’est-ce-pas ?

 

 

Bonjour à tous et à toutes, 

 

Alex — Coach et fondateur de BodyssimeJe me présente : Alex, je suis le rédacteur de cet article et accessoirement, le fondateur de Bodyssime.

Sous mes faux airs sardoniques, je crois mordicus que tout un chacun peut réussir à atteindre l’objectif de ses rêves pourvu de faire les efforts nécessaires et d’être bien encadré.

 

D’où le slogan de ce site : « It’s in you. Work it. »

 

Si vous convenez que je ne peux m’occuper de la partie « travail » à votre place, je peux en revanche faire le mien — celui de coach — qui consiste à encadrer vos efforts à la salle et devant votre assiette afin de vous aider à maximiser vos résultats en un minimum de tempsiPhysiologiquement réalisable.

Comme cette trilogie vous le démontrera, je ne vends pas de rêve en matière de transformation physique mais peux, en revanche, vous aider à concrétiser la vôtre, qu’importe que votre objectif soit de devenir un(e) culturiste de compèt’ ou de vous sentir simplement mieux dans votre peau. 

Si vous voulez en savoir plus à mon propos, vous pouvez vous rendre sur la page éponyme de ce site ou tout simplement suivre mon actualité sur : https://instagram.com/alexis_mantrach/

En vous souhaitant, à tous et à toutes, le courage et la patience de vos ambitions.

 

« Bodyssimement » ;-)

Alex. 

 

_____________________________________________________________________________________________________________

Pour un accès complet aux références de cet l'article, cliquez ici.

 

(1) Bhasin S, et.al. The effects of supraphysiologic doses of testosterone on muscle size and strength in normal men. N Engl J Med. 4 Juil 1996 ; 335(1) : 1-7.

(2) Henderson L. Supplements, steroids and unsuspecting customers. Retrouvé le 20 mai 2015 sur < http://america.aljazeera.com/opinions/2014/9/supplements-steroidsandunsuspectingcustomers.html >

(3) Passeport Santé. Les hormones impliquées et les maladies liées à la puberté (adolescence). Retrouvé le 22 mai 2015 sur < http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=puberte_pm-les-hormones-impliquees >

(4) Potteiger JA, Stilger VG. Anabolic steroid use in the adolescent athlete. J Athl Train. Mar 1994 ; 29(1) : 60-62, 64. PMCID: PMC1317760

(5) World Anti-Doping Agency. The 2015 prohibited list international standard. Retrouvé le 19 Mai 2015 sur < http://www.usada.org/wp-content/uploads/wada-2015-prohibited-list-en.pdf >

 

Partagez sur :
Contactez-nous par e-mail !
Suivez mon actu sur FB !
Suivez-moi sur twitter !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes photos sur Instagram !
Contactez-nous par e-mail !
Suivez mon actu sur FB !
Suivez-moi sur twitter !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes photos sur Instagram !