Pages Menu
TwitterFacebook
Loading Quotes...
Categories Menu

Publié par le Mar 17, 2017 |

Les bienfaits suprenants du contact avec la Terre !

Les bienfaits suprenants du contact avec la Terre !

 

 

Et si « avoir les pieds sur terre » n’était pas qu’un conseil avisé mais une

recommandation médicale ?

 

 

 

++++

 

Notre recherche maladive de sophistication nous aurait-elle fait perdre de vue les nombreux bienfaits que procure le

simple contact avec la surface de la Terre ?

 

 

Je vais vous raconter une histoire, l’histoire d’un homme qui a eu une formidable intuition : celle du pouvoir curateur de la Terre.

 

 

earth-day

 

 

« Eurêka ! »

 

Un adage d’une grande véracité dit que « notre vraie vie commence le jour où nous réalisons que nous n’en avons qu’une ».

Cette prise de conscience soudaine, Clinton Ober l’eut en 1993, après avoir survécu à une maladie qui aurait pu lui être fatale. Réalisant à quel point il était devenu esclave de ses possessions, cet américain originaire du Montana décida alors de tout plaquer et de s’embarquer dans un voyage autour des États-Unis en quête du sens de sa vie.

En 1998, son itinéraire introspectif le mena à Sédona, une petite ville perdue au milieu de l’Arizona.

Alors qu’il était assis sur le banc d’un parc de la ville à regarder les passants de défiler, Ober eut alors cette soudaine intuition :

 

 

« Se pourrait-il que nos maux dits de « civilisation » aient pour origine

principale notre déconnexion physique avec la Terre ? »

 

 

planche-50-pictos-mise-a-la-terreIl faut dire que du ballet de passants qui défilaient devant lui ce jour-là, tous étaient équipés de chaussures avec des semelles en caoutchouc ou en plastique — que des matières isolantes.

Or, Ober — qui avait auparavant fait fortune dans le business du câble — savait que l’un des principes de base de la conception des systèmes électriques consiste à faire « écouler » les interférences qui peuvent provenir des champs électromagnétiques extérieurs vers la terre afin d’éviter les risques d’électrisation : c’est le principe dit de « la mise à la terre » (« Earthing » en anglais).

Dès lors, son intuition se précisa :

 

 

« Étant donné que la plupart d’entre nous portons des chaussures avec des semelles qui nous isolent

du sol, se pourrait-il que nous subissions les interférences électromagnétiques des champs

extérieurs ?

 

Et plus important encore, ces interférences affectent-elles notre santé ? »

 

 

Le principe de la mise à la terre — BODYSSIME.COM

 

 

Une question loin d’être dénuée de fondements

 

Pour farfelue qu’elle puisse paraître, la question d’Ober n’en était pour autant pas moins fondée.

En effet, comme le rapporte le site équilibrehabitatsanté, près d’une trentaine d’années auparavant, le biophysicien allemand Fritz Albert Popp avait confirmé que toutes les cellules vivantes communiquent entre elles et avec le monde extérieur par l’intermédiaire de signaux électromagnétiques subtils nommés biophotons. D’après le scientifique, ces communications inter-cellulaires établies au moyen de radiations de biophotons transporteraient l’information nécessaire à l’organisation de la vie de la cellule et des organismes vivants.

 

 

panel

Or, les pollutions environnementales — et plus particulièrement les

pollutions électromagnétique et radioactive — auraient tendance à

perturber ces signaux de communication cellulaire et à surcharger

notre organisme en ions positifs, ce qui en affecterait du coup le

fonctionnement.

 

 

En 1950, le professeur français Louis-Claude Vincent nous avertissait déjà sur les méfaits d’une surcharge de l’organisme en ions positifs tandis que dès 1928, Charles Laville affirmait que « le bon équilibre et la santé des tissus organiques passent par la conservation de l’électro-négativité du sang ».

 

Inutile de vous dire qu’à l’ère du smartphone, du micro-ondes, de l’ordinateur et de l’automobile, cette

pollution électromagnétique n’a fait qu’empirer, notre organisme étant traversé en permanence par des dizaines,

et même des centaines de champs électromagnétiques (EM) divers.

 

 

ExpoRad

 

À quel point ces interférences menacent-elles notre santé ?

 

C’est ce que nous allons voir dans un instant.

 

 

Radicaux libres & inflammation chronique

 

Depuis une vingtaine d’années, on sait que la plupart des maladies chroniques sont causées par un état d’inflammation chronique qui est lui-même sinon engendré, à tout le moins entretenu, par un état dit de « stress oxydatif ».

 

 

Le stress oxydatif désigne l’agression de nos cellules par de petits composés chimiques instables qui

possèdent un ou plusieurs électrons non appariés sur leur couche externe : les radicaux libres.

 

 

Antioxidant cartoonÀ la base, les radicaux libres sont produits par notre organisme lui-même pour « brûler » (oxyder) les micro-organismes envahisseurs venus de l’extérieur et/ou « réparer » nos tissus lorsque ceux-ci sont endommagés (c’est notamment le cas de votre tissu musculaire qui subit des dégâts lorsque vous faites de la musculation). En volant des électrons aux pathogènes et/ou aux tissus endommagés, ces petites substances vont conduire la réaction immunitaire afin de neutraliser définitivement ces fauteurs de trouble.

C’est alors qu’apparaissent les signes caractéristiques de l’inflammation : rougeur, chaleur, douleur et gonflement.

 

 

Le problème émerge à partir du moment où cette réaction immunitaire saine devient

incontrôlée.

 

Si elle se prolonge après la résolution du problème, un état d’inflammation chronique émerge.

 

 

Parce que circulant en trop grand nombre, les radicaux libres vont alors commencer à « chaparder » des électrons à nos tissus sains. En peroxydant les lipides insaturés qui composent la membrane de nos cellules, ils se mettent également à les « tuer » : c’est le stress oxydatif.

 

Oxydation-radicaux

 

 

Aujourd’hui, le stress oxydatif est reconnu comme l’une des principales causes

du vieillissement et des maladies qui lui sont associées, dont le cancer.

 

 

L’inflammation chronique est pour sa part associée à de très nombreuses maladies chroniques dont la maladie d’Alzheimer, l’autisme, l’asthme, les maladies cardiovasculaires, les différents types de diabète, la polyarthrite rhumatoïde, les troubles intestinaux, la pancréatite, l’eczéma, les allergies, le psoriasis, la fibromyalgie et même la dépression !

 

 

Le contact avec la Terre neutralise les effets du stress oxydatif et de l’inflammation

chronique !

 

Radicaux libres et antioxdyantsD’après Ober, le fait de se relier physiquement à la Terre permettrait de

neutraliser les effets des radicaux libres sur la santé.

 

 

Déplacement des électrons vers notre corps - BODYSSIME.COMD’après la recherche scientifique, le cytosquelette de nos cellules et leur environnement forme en effet une matrice vivante qui crée un « réseau corporel » pour les électrons antioxydants. En marchant pieds nus sur de l’herbe ou du sable, les électrons antioxydants présents à la surface de la Terre pourraient ainsi « s’introduire » à l’intérieur de notre organisme et y neutraliser l’action délétère des radicaux libres.

 

La mise à la terre, ou négativation terrestre, permettrait également de lutter efficacement contre les perturbations électromagnétiques de notre environnement en dérivant à la terre les surcharges d’ions positifs qui perturbent le fonctionnement de nos cellules. L’écoulement à la terre de cette surcharge « électrostatique » favoriserait ainsi la ré-harmonisation de l’ensemble de notre organisme.

 

 

 

Les preuves

 

Pour l’instant, toutes les explications avancées ne sont basées que sur des théories et des hypothèses.

Voyons donc si la science confirme les vertus thérapeutiques du contact avec la Terre.

 

 

 

Comment doit s’établir le contact avec la Terre ?

 

Le contact avec la surface de la Terre peut s’établir de diverses manières : en étant assis ou allongé par terre, à
même le sol, en marchant pieds nus ou en dormant sur un drap conducteur conçu à cet effet.

 

Health-Benefits-of-walking-barefoot
L’idéal reste, selon moi, le contact pieds nus avec le sol car comme vous le savez peut-
être déjà, nos pieds sont le siège de l’ensemble des terminaisons nerveuses de notre
organisme avec pas moins de 1300 terminaisons par pouce carré ! (À noter que même s’il
est préférable d’être pieds nus, vous pouvez porter des chaussettes en coton ou en nylon
qui sont des matières conductrices lorsque humidifiées par les pieds).

 

 

 

Bienfait #1 : Une diminution des douleurs musculaires et articulaires

 

Dans le cadre de la première étude qu’il a publiée en 2000, Ober démontre les pouvoirs « analgésiques » du contact avec la Terre.

Soixante sujets souffrants de douleurs musculaires, articulaires et de troubles du sommeil ont été répartis de façon aléatoire en deux groupes :

Alèse de matelas - Mise à la terre

 

• Le premier groupe a été relié à la Terre

• Le second ne l’a pas été (groupe de contrôle)

 

Pour garantir l’objectivité des résultats, les 30 sujets de ces deux groupes n’ont pas été avertis s’ils avaient ou non été connectés à la surface de la Terre : tous ont en effet reçu des alèses de matelas en fibres de carbone dont la moitié avaient été aléatoirement connectée à la terre tandis que l’autre moitié, non. Cette expérience a duré trente nuits d’affilée.

Lorsque les scientifiques mesurèrent la « tension électrique » des sujets au terme de l’expérience, ceux dont les alèses avait été reliées à la terre ont vu leur champ électrique diminuer de 2 volts à 10 millivolts ou moins en moyenne. Et des deux groupes, ce sont les seuls à avoir constaté des résultats manifestes.

 

Se sentir mieux Mise à la Terre - BODYSSIME.COMAu réveil, tous les sujets du groupe relié à la terre ont en effet déclaré se

sentir revigorés. Près des trois-quart d’entre eux ont également déclaré

ressentir une nette diminution de leurs douleurs chroniques et 80%, une

amélioration certaine de leurs raideurs musculaires. Les sujets de ce groupe

ont également rapporté des soulagements sur le plan cardiorespiratoire, de

l’apnée du sommeil, du syndrome prémenstruel et de l’hypertension dont ils

souffraient.

 

À l’inverse, les sujets qui n’avaient pas été reliés à la terre ont déclaré pour leur part ne ressentir quasiment aucune amélioration en termes de douleurs musculaires et articulaires même si trois d’entre eux ont rapporté éprouver une amélioration dans toutes les autres catégories.

 

 

Bienfait #2 : Une meilleure récupération physique

 

Cet effet analgésique du contact avec la Terre découle directement de son effet anti-inflammatoire.

 

antibio2

Pensez-y : quelle est la première chose que votre docteur vous prescrit lorsque vous lui dites que vous avez mal ? Son réflexe n’est-il généralement pas de vous prescrire un anti-inflammatoire ?

En calmant l’inflammation, l’anti-inflammatoire va en effet agir de deux façons sur le soulagement de vos douleurs : d’abord, il va contrer la libération des substances chimiques qui interagissent avec les récepteurs de la douleur au niveau local (substance P, calcitonine, etc.) ; ensuite, il va contribuer à atténuer le phénomène de gonflement qui s’ensuit, empêchant ainsi à l’œdème « enflammé » d’aller comprimer les nerfs efférents au site de la douleur.

 

 

La recherche scientifique démontre que la négativation par contact

terrestre produit, naturellement, un tel effet anti-inflammatoire !

 

 

Avec la mise à la terre, il n’y a par exemple pas de fortes augmentation des agents inflammatoires (globules blancs, cytokines, neutrophiles, etc.) en cas de blessures comme dans ce qu’on pense être une réaction inflammatoire « normale ». Au contraire, il y a même diminution de la libération de ces agents.

Idem pour les marqueurs du catabolisme musculaire comme les taux d’urée et de créatinine qui tendent à décroître de façon significative après seulement une trentaine de minutes passée au contact avec la TerreaNDA. D’après cette étude, la négativation par la terre permettrait même d’inhiber le catabolisme protéique hépatique et d’accroître l’excrétion rénale de l’urée..

 

Meilleure récupération physique

Ces effets anti-inflammatoires et anti-cataboliques avérés du contact

terrestre sont certainement la raison pour laquelle ceux qui

l’expérimentent à la suite d’un effort physique intense déclarent avoir

l’impression de bien mieux récupérer physiquement et bien moins souffrir

de courbatures.

 

 

 

Bienfait #3 : Un sommeil de meilleure qualité

 

Pour la petite anecdote, si j’ai décidé de vous parler du contact avec la Terre aujourd’hui, c’est parce que j’en ai moi-même constaté les effets.

Depuis quelques années, j’ai en effet l’habitude de dormir par terre, quasiment à même le solbNotez que je vis dans une maison en pleine campagne dont les sols et les murs sont certainement chargés en ions négatifs.. À l’origine, j’ai pris cette habitude pour soulager une douleur récurrente au milieu du dos même si avec le temps, j’ai constaté que cette pratique a d’autres effets bénéfiques sur mon bien-être et ma santé.

En sus de mieux dormir, j’ai notamment réalisé que lorsque je dors par terre, je me sens moins stressé et plus alerte durant
la journée.

 

Mieux dormir gràace à la mise à la terre — BODYSSIME.COM

 

Effet placebo ou réalité ? À la science de trancher.

Dans le cadre d’une étude publiée en 2012, douze sujets stressés se plaignant de mal dormir et de douleurs diverses ont dormi sur un lit recouvert d’une alèse de matelas reliée à la Terre.

Chaque jour, les scientifiques ont mesuré leurs niveaux de cortisol — l’hormone qui indique si leur organisme est « stressé » — ainsi qu’évalué leur perception vis-à-vis de la qualité de leur sommeil et des douleurs dont ils se plaignaient. Cette expérience a duré huit semaines.

Voici la conclusion que les scientifiques dressent à la fin de leur rapport :

« Des améliorations notables des taux de cortisol diurnes ont été observés, avec des taux de cortisol tendant à décroître de façon significative durant la nuit. Le profil circadien en cortisol des sujets a révélé une tendance à la normalisation. [À la fin de l’étude,] presque tous les sujets ont fait état d’une réduction — voire d’une élimination totale — de leurs problèmes de sommeil, de leur niveau de stress ainsi que des douleurs dont ils se plaignaient. »

 

cycle-circadienLa connexion avec la terre permettrait donc de synchroniser les sécrétions de cortisol sur leur rythme naturel et normal (le cortisol est au plus bas vers 8 heures, le matin, et au plus haut, le soir, vers minuit).

Des études démontrent qu’elle agirait également favorablement sur les sécrétions de mélatonine, l’hormone du sommeil, en contrant les perturbations induites par la surexposition aux champs électromagnétiques de notre environnement.

 

 

À l’instar du cycle jour/nuit, la mise à la terre amènerait ainsi à une meilleure

stabilité physiologique et à la normalisation du rythme biologique du corps.

 

 

 

Bienfait #4 : Une meilleure récupération nerveuse

 

Je vous le confirme : dormir « connecté » à la Terre aide aussi à se « recharger » nerveusement !

L'effet parapluie de la mise à la terreEt cela n’a rien d’étonnant si l’on en croit les travaux de l’américain Roger Applewhite.

En 2005, cet ingénieur électricien a publié une étude dans laquelle il démontre que la mise à la terre forme une sorte de bouclier autour de nous qui nous protège des champs électromagnétiques extérieurs.

Où que nous soyons, nous sommes en effet presque toujours exposés à une forme ou une autre de pollution électromagnétique : à la maison, au travail, à la salle de sport … Cette pollution est la conséquence des appareils électriques qui nous entourent et des systèmes filaires des bâtiments dans lesquels nous vivons.

 

 

Ainsi, même lorsque l’on dort, les champs électromagnétiques de nos téléphones, de nos

lampes et des câbles électriques dans les murs nous traversent.

 

 

Des mesures effectuées au moyen d’un voltmètre indiquent à cet effet qu’une chambre à coucher est chargée, en moyenne, à 3,3 volts et qu’après mise à la terre, cette charge électrique diminue, en moyenne, à 0,007 volts.

Bien entendu, cet écoulement de la charge électrique de notre corps vers la terre n’est pas sans effets sur notre physiologie, et en particulier celle de notre système nerveux.

 

 

On constate ainsi une accélération de la régénération du système nerveux

après une nuit passée au contact de la Terre.

 

 

Cette accélération dans la restauration du statut électrique naturel de notre corps est particulièrement visible au niveau de la balance électrolytique calcium : phosphore qui tend à se rééquilibrer plus vite après une nuit de sommeil « branché » à la terre.

 

 

Bienfait #5 : Un sentiment de bien-être recouvré !

 

En favorisant la régénération du système nerveux parasympathique et non celle du système

nerveux sympathiqueclaquelle est stimulée par le stress et associée à l’inflammationla mise à la terre contribue également à nous apaiser et à améliorer notre humeur.

 

Effet de la mise à la terre sur les ondes cérébrales des sujets

Effet de la mise à la terre sur l’activité cérébrale des sujets : on peut constater un effet d’apaisement immédiat dès l’entrée en contact de leur corps avec la terre (Source image : Chelavier, 2006)

Dans le cadre de cette étude conduite en double aveugle, seuls les sujets connectés à la surface de la terre ont constaté une amélioration de leur humeur au bout d’une heure de négativation terrestre. Ceux dont l’oreiller et le matelas avaient été connectés sans qu’ils le sachent à une surface synthétique n’ont, pour leur part, noté aucune amélioration sur ce plan là.

Des mesures effectuées au moyen d’un électroencéphalographe (EEG) révèlent pour leur part qu’en à peine deux secondes, l’on relève des variations quasi instantanées dans l’hémisphère gauche du cerveau des sujets connectés à la terre : les ondes bêta associées à la concentration et à l’anxiété disparaissent tandis que les ondes thêta — qui caractérisent le sommeil profond — augmentent.

 

 

C’est comme si la mise à la terre apaisait immédiatement le fonctionnement

rationnel du cerveau !

 

 

Cet apaisement se traduit également sur le plan physique par une diminution significative des tensions musculaires, comme révélée par cette étude et celles évoquées plus haut.

 

 

Bienfait #6 : Une meilleure santé cardiovasculaire !

 

Étant donné que l’inflammation chronique apparaît de façon de plus en plus évidente comme la cause #1 des maladies artérielles (et non le cholestérol !) et que le cœur utilise des signaux électriques pour fonctionner — lesquels peuvent être perturbés par les champs électromagnétiques extérieurs, vous ne devriez pas être surpris d’apprendre que le contact avec la terre est également bon pour votre santé cardiovasculaire.

 

blood cell background

De fait, une étude publiée 2013 démontre que la propension des globules rouges à

coaguler décroît de façon spectaculaire après seulement trois minutes de contact

avec la terre.

 

Après deux heures, ce contact va même se traduire par une diminution de plus de moitié de la concentration du sang en agrégats sanguins !

 

 

Autrement dit, la mise à la terre semble produire des effets analogues à ceux

d’un anticoagulant !

 

 

Or, un sang moins visqueux (et donc plus fluide) est un facteur de protection avéré contre les maladies cardiovasculaires comme la phlébite et l’embolie qui se caractérisent toutes deux par la formation de caillots de sang dans les veines.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les scientifiques en charge de l’étude concluent leur rapport en soulignant que … :

 

« […] la mise à la terre apparaît comme l’une des méthodes les plus simples et pourtant les plus efficaces de prévenir les risques d’accidents d’origine cardiovasculaire comme la crise cardiaque et l’AVC. »

 

 

Bienfait #7 : Une meilleure gestion de votre poids !

 

Ce bienfait est le plus hypothétique de tous mais il semblerait que de se connecter avec la terre permette de mieux gérer son poids, et peut-être même d’en perdre.

 

 

Perdre du poids en touchant simplement la Terre : est-ce vraiment possible ?

Female became skinny and wearing old jeans

Dans le cadre d’une expérience qui a duré dix semaines, des sujets ont reçu pour étrange consigne de toucher la
Terre durant 15 minutes par jour, tous les jours. On ne leur a rien demandé de plus : ni d’adopter une nouvelle
diète, ni de faire du sport. Simplement d’être en contact direct avec la Terre durant une quinzaine de minutes
par jour, tous les jours.

 

Étonnamment, au terme des dix semaines de suivi de cet étrange protocole, ceux qui se plaignaient de douleurs
avant le début de l’expérience ont vu leurs douleurs disparaître tandis que ceux qui ne s’en plaignaient pas ont
pour leur part vu leur poids … diminuer — une perte allant de 1,8 à près de 7 kilos selon les individus !

 

 

Même si les résultats de cette « étude » sont à prendre avec des pincettesdNDA. On ne sait par exemple rien du nombre, ni du profil des participants, ni si oui ou non, ils ont été mis dans la confidence du sujet de l’étude avant son entame, ni encore comment se procurer le rapport de l’étude en question, etc. Donc prudence !, il ne me semble pas totalement farfelus pour autant.

Jusqu’ici, on a appris que la mise à la terre favorise la diminution des taux d’inflammation, la régulation des niveaux de stress, l’amélioration du sommeil et la stabilisation de l’humeur, que des facteurs impliqués dans l’étiologie du surpoids et de l’obésité.

Il n’y a donc rien de fantasque à spéculer qu’une pratique qui permette de les normaliser tous les quatre puisse, à terme, aider un peu, beaucoup, passionnément … celles et ceux qui s’y adonnent à se débarrasser de quelques kilos en trop.

 

 

 

Récapitulatif & mot de la fin

 

Pour récapituler, on a vu que la mise à la terre :

 

  1. Protège l’organisme des perturbations induites par les champs électromagnétiques extérieurs
  2. Qu’elle contribue à réduire le stress oxydatif et l’inflammation chronique, les deux causes principales des maladies « modernes »
  3. Qu’elle permet de lutter efficacement contre les affections respiratoires, l’apnée du sommeil et l’hypertension artérielle
  4. Qu’elle aide à soulager les symptômes hormonaux et menstruels
  5. Qu’elle permet de réduire, voire d’éliminer, les douleurs chroniques
  6. Qu’elle accélère la récupération musculaire et nerveuse, en particulier après l’effort
  7. Qu’elle améliore la qualité du sommeil et permet de booster les niveaux d’énergie
  8. Qu’elle contribue à abaisser les niveaux de stress de l’organisme, favorisant bien-être et santé
  9. Qu’elle contribue à améliorer l’humeur
  10. Qu’elle normalise le rythme biologique du corps
  11. Qu’elle fluidifie le sang et joue de ce fait, un rôle préventif contre les maladies cardiovasculaires
  12. Qu’elle pourrait aider à mieux gérer son poids …

 

À la lumière de ces enseignements, une dernière question se pose :

 

 

Ces résultats sont-ils vraiment sérieux ?

 

J’entends d’ici bruire le scepticisme de certains qui, comme moi, se demanderont à quel point ces résultats peuvent être pris au sérieux. Mais pourquoi ne le pourraient-ils pas ?

 

Notre Mère Nourricière — La TerreCar après tout, quoi de plus naturel que cet élan instinctif qui nous

pousse vers la Terre ?

 

Quoi de plus régénérateur que le rétablissement de ce

contact charnel, quasi ombilical, avec notre Mère Nourricière ?

 

De fait, comme Clint Ober, je crois que la civilisation des « hors sols » que nous sommes est en permanence à la recherche de ce contact. Instinctivement, nous semblons en effet tous mus par cet irrépressible besoin de renouer ce contact avec la nature, peut-être parce que le faire nous aide à nous débarrasser de la charge électrostatique qui interfère avec nos processus biologiques et bio-électriques et de ce fait, à nous « recharger », physiquement comme mentalement.

 

Mus par leur seul instinct, les animaux reconnaissent pour leur part très vite les lieux connectés à la terre. Des expériences montrent que si l’on place un panier connecté à la terre, les chats et les chiens préféreront toujours utiliser celui-ci au détriment d’un autre. Peut-être est-ce l’une des raisons pour laquelle les plaies des animaux qui vivent dans la nature cicatrisent si vite ou pourquoi ils semblent toujours si frais quand ils se réveillent ?

 

 

D’après la recherche en médecine environnementaleeLa médecine environnementale étudie l’impact négatif des facteurs environnementaux sur notre santé., la perte de contact entre l’Homme et la

Terre serait en tout cas l’une des causes majeures des dysfonctionnements physiologiques et du

mal-être observés à grande échelle dans les sociétés modernes.

 

 

Contact avec la nature — Tribus Primitives — BODYSSIME.COMIl est vrai que les sociétés « primitives » qui ont su maintenir ce contact ne souffrent quasiment d’aucun des maux dont nous souffrons tels que l’infarctus, le diabète, la dépression ou encore l’anxiété.

Bien entendu, beaucoup d’autres facteurs que la proximité physique avec la nature peuvent l’expliquer : une vie moins stressante, une alimentation beaucoup plus saine et naturelle, la pratique régulière d’une activité physique à travers la chasse et la cueillette, l’absence de pollutions environnementales diverses, etc. Mais dans cette équation, je suis sûr que la connexion physique de ces hommes avec leur écosystème originel pèse pour beaucoup.

 

 

Finalement, c’est un peu comme si notre santé nous rappelait que son

maintien n’est qu’une fonction toute bête de la distance physique qui

nous sépare de Dame Nature — de notre degré de « dénaturation » en somme.

 

 

Il suffit de faire le parallèle avec l’alimentation : généralement, plus un aliment est « dénaturé » — autrement dit, éloigné de sa forme originelle — moins il est bon pour la santé. Alors, pourquoi en irait-il autrement de nous ?

Ces élucubrations ne prouvent rien certes, mais elles suggèrent néanmoins les contours de la réponse à la question posée en introduction de cet article, à savoir que : « oui, notre recherche permanente de sophistication et de confort matériels au détriment d’une vie plus simple et naturelle semblent être, in fine, l’une des causes principales de notre décrépitude ».

À chacun d’apprécier ou non la sagesse de ce constat.

En attendant, sachez pour la petite histoire que je vous écris cet article depuis ma maison de campagne, assis sur une chaise en fer que j’ai installé au fond du jardin. À l’heure où je compose ces dernières lignes, mon visage est inondé par les rayons du soleil levant tandis que mes deux pieds reposent, nus, à plat sur le sol en terre noire.

Mon ordinateur va bientôt s’éteindre car la batterie clignote.

Mais peu importe car le plus important est fait : la mienne vient d’être rechargée à bloc — et d’un chargement 100% bio, la preuve en images … ;-)

 

 

Pieds au sol - Mise à la terre - BODYSSIME.COM

 

_____________________________________________________________________________________________________________

Pour un accès complet aux références de cet l'article, cliquez ici.

 

Brown D, Chevalier G, Hill, M. Pilot study on the effect of grounding on delayed-onset muscle soreness. J Altern Complement Med. Mar 2010 ; 16(3) : 265–273.

 

Chevalier G. The effect of grounding the human body on mood. Psychol Rep. Avr 2015 ;116(2) : 534-42. Epub 6 Mars 2015.

 

Chevalier G, Sinatra ST, Oschman JL, Sokal K et Sokal P. Earthing: health implications of reconnecting the human body to the earth’s surface electrons. J Environ Public Health. 2012 ; 2012 : 291541. Epub 12 Jan 2012.

 

Chevalier G, Sinatra ST, Oschman JL, Delany RM. Earthing (Grounding) the Human Body Reduces Blood Viscosity-a Major Factor in Cardiovascular Disease. J Altern Complement Med. 3 Juil 2012.

 

Oschman JL. Chronic disease : are we missing something ? J Altern Complement Med. Avr 2011 ; 17(4) : 283–285.

 

Oschman JL, Chevalier G, Brown R. The effects of grounding (earthing) on inflammation, the immune response, wound healing, and prevention and treatment of chronic inflammatory and autoimmune diseases. J Inflamm Res. 2015 ; 8 : 83–96. Epub 24 Mars 2015.

 

Sokal K, Sokal P. Earthing the human body influences physiologic processes. J Altern Complement Med. Avr 2011 ; 17(4) : 301–308.

 

Sokal P, Sokal K. The neuromodulative role of earthing. Med Hypotheses. Nov 2011 ; 77(5) : 824-6.

 

 

Partagez sur :
Contactez-nous par e-mail !
Suivez mon actu sur FB !
Suivez-moi sur twitter !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes photos sur Instagram !
Contactez-nous par e-mail !
Suivez mon actu sur FB !
Suivez-moi sur twitter !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes vidéos sur Youtube !
Découvrez mes photos sur Instagram !